Coudre la robe de mariée de sa fille chérie est une chose extraordinaire d'émotions et de bonheur.

De craintes aussi et de doutes car coudre une robe de mariée n'est pas une chose si facile.

Travailler la soie, la mousseline, la dentelle si fine et si délicate, dessiner la robe désirée et réaliser le patron pour son bébé de 23 ans et une chose délicate !

J'ai mis mes efforts à cette tâche particulière avec mon coeur rempli d'amour.

Ma fille, mon amour, bonne route sur le chemin de la vie 

 

Maman, qui t'aime à chaque instant.

 

Clémence ma fille chérie

 La dentelle et la soie

 

Robe de Clémence 2

Robe de Clémence 1

Robe de Clémence 3

Je me souviens des premiers petits vêtements cousus pour toi ma fille, mon amour et je suis émue, heureuse d'avoir cousu ta robe de mariée et si fière de toi ♡.

Robe Clémence

 

♡♡♡♡♡♡♡♡♡

 

Et coudre aussi les tenues des demoiselles d'honneur 

Bien sûr, la robe Toscane si chère à mon coeur devait être présente pour ce bel évenement.

Cette petite robe en lin qui m'accompagne depuis le début de mon aventure MisesEnScène  se devait d'être là pour ce jour de bonheur.

 

MisesEnScène

MisesEnScène

MisesEnScène

 

 

L'avantage de coudre une robe de mariée est de mettre à l'épreuve sa persévérance, sa patiente et son application :)

3 épaisseurs de jupes de 6 pans chacune, coupées dans le biais, faire les ourlets à la main pour les 3 jupes avec 1 métrage de 7 m à chaque fois, coudre la dentelle de soie, si fine et si délicate.... et bien après, coudre de vraies boutonnières pour tous mes modèles MisesEnScène fait un tout petit peu moins peur :)